vendredi 15 septembre 2017

Obeir

Philosopher c'est désobéir. Est-ce pour cela que la désobéissance n'est pas la chose au monde la plus partagée ?
Quatre lectures pour mieux comprendre ce nous pousse à filer droit, au travail et en société.

La formation de l’obéissance des ouvriers dans le travail a été étudiée dans le courant des années 70' par Michael Burawoy, un sociologue qui s'est demandé "pourquoi les ouvriers travaillent ils aussi dur ? et qu'est-ce qui les fait consentir à leur propre exploitation ?"
Au cours d'une année d'immersion sur la chaîne d'une usine de moteurs, Burawoy a analysé le processus de production comme un jeu dont les travailleurs élaborent en partie les règles. Il montre que cet ensemble de pratiques informelles (tous les ajustements de terrain), loin d'atténuer l'exploitation, la renforce. D'abord le jeu obscurcit les relations de production sur lesquelles il se fonde; ensuite, jouer le jeu génère un consentement à ses règles et aux rapports sociaux qui les définissent.(p109) . Le Jeu n'est pas le produit d'une harmonie préalable, c'est au contraire le consentement qui repose sur la participation au jeu. Si on joue le jeu, c'est parce qu’il apporte des satisfactions toutes 'relatives', qu'Herbert Marcuse appelle 'des satisfactions répressives' . Ce sont des satisfactions liées à des besoins déterminés par des forces extérieures sur lesquelles l'individu n'a pas de contrôle. Ainsi, dans l'atelier, l'atteinte des objectifs de production aide à réduire la fatigue et l'ennui au travail, permet d'obtenir des satisfactions sociales et psychologiques et surtout permet d'éviter le stigmate social et la frustration.
D'après Produire le consentement. Michael Burawoy.

Les travaux concernant l’obéissance des cadres sont plus récents. Je citerai ici Sébastien Stenger. Pour lui, le contrôle des cadres s'appuie sur la notion d' identité sociale, car l'enjeu de leur travail est aussi bien personnel (leur carrière, la conservation de leur statut) que professionnel (le travail fourni à l'entreprise) Les satisfactions issues du travail (sentiments d’autonomie, de réalisation de soi, d’acquisition de nouvelles compétences) procurent aux cadres l’impression de travailler pour eux alors que l’entreprise qui les emploie leur extorque des soumissions qu'ils ne perçoivent pas comme telles. Dans un tel contexte il serait inefficace de contrôler directement le comportement (à travers des systèmes de sanction par exemple). Le management cible alors indirectement  les comportements, à travers les normes et les valeurs et exerce via le discours et les pratiques managériales, ce que Etzioni, ou Kunda, appelle un contrôle normatif  afin de «susciter et orienter les efforts requis des employés en contrôlant leur expérience sous-jacente, les pensées et les sentiments qui guident leurs actions» (Kunda, 1992).
Cet intérêt pour ces formes de contrôle idéologique s’inscrit dans le courant critique inspiré des théories de Michel Foucault. Selon lui, le pouvoir, c’est-à-dire la faculté de modifier le comportement d’un individu, ne s’exerce plus de manière verticale. D’un pouvoir disciplinaire on serait passé à un pouvoir de surveillance sans sujet, où le contrôle est diffus et relayé par les pairs via l’intériorisation de normes. Le contrôle s’exerce sur l’individu à travers des normes qui façonnent la subjectivité à travers des techniques de gouvernementalité de soi.
D'après Domination et résistance dans un cabinet d’audit. Sébastien Stenger

A lire également l'article 'Les cadres des dominants très dominés' issu du livre de Gaétan Floco.  

Dans le travail le contrôle consiste donc à "développer un individualisme porteur d'un certain sens de la liberté, de l'indépendance, tout en aiguisant la concurrence entre les uns et les autres"


D'une manière plus générale, Herbert Marcuse, dans son essai "L'homme unidimensionnel",  s’intéresse en 1964 aux formes de contrôle des sociétés industrielles: 
" Le confort, l'efficacité, la raison, le manque de liberté dans un cadre démocratique, voilà ce qui caractérise la civilisation industrielle avancée .".../... "Une telle société peut exiger l'acceptation de ses principes et de ses institutions; il faut débattre des alternatives politiques et les rechercher à l'intérieur du statu-quo et c'est à cela que se réduit l'opposition.".../..."Aujourd'hui l'individu est entièrement pris pris par la production et la distribution de masse et la psychologie industrielle a depuis longtemps débordé l'usine.../..Par conséquent, il n'y a pas une adaptation mais une 'mimésis', une identification immédiate de l'individu avec sa société et à travers elle, avec sa société en tant qu'ensemble. .../... L'efficacité du système empêche les individus de reconnaître qu'il ne contient que des éléments qui transmettent le pouvoir répressif de l'ensemble."
"Que la réalité ait absorbé l'idéologie ne signifie pas cependant qu'il n'y a plus d'idéologie. Dans un sens, au contraire, la culture industrielle avancée est plus idéologique que celle qui l'a précédée parce que l'idéologie se situe aujourd'hui au niveau du processus de production lui même. L'appareil productif, les biens et les services qu'il produit, "vendent" ou imposent le système social entant qu'ensemble."

Enfin, le vérouillage se confirme au niveau des institutions politiques : "On voudrait faire croire qu’en démocratie, la désobéissance ne peut être le fait que d’anarchistes irresponsables ou de «traîtres» à l’expression de la volonté populaire. «Mais enfin pourquoi désobéir ? nous explique-t-on. Tout a été décidé et voté dans les règles. Les procédures ont été respectées.» Ce modèle d’obéissance «républicaine» fonde notre modernité politique. Il repose sur le mythe du consentement initial, celui du contrat social raconté par Hobbes ou Rousseau : ce moment fondateur où les hommes auraient accepté d’obéir à l’Etat en échange de leur sécurité. Il est d’autant plus actuel aujourd’hui, face au risque réel du terrorisme et à la mise en place d’un état d’urgence." 
Frédéric Gros "Désobeir". 2017 (pas lu..)


Sources :
https://traces.revues.org/365
L'homme unidimensionnel. Herbert Marcuse. Editions de minuit.
Produire le consentement. Michael Burawoy. La ville brûle 
Des dominants très dominés. Gaétan Flocco, éditions Raisons d'agir

Articles connexes à lire aussi dans ce blog :
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2017/07/un-autre-monde-est-possible.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2017/05/lhomme-letui.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2017/04/la-societe-de-controle.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2017/02/le-spectacle.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2017/02/le-temps-de-la-societe-du-spectacle.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2016/06/democratie-tabou.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2015/12/la-comedie-humaine-au-travail.html
http://emagicworkshop.blogspot.fr/2015/11/evaluations.html
https://emagicworkshop.blogspot.fr/2015/05/au-travail.html

vendredi 25 août 2017

Pourquoi tu fais ça ?

Perché
Nuit des Perséïdes, extérieur nuit. Descente de calvaire sous la nuit étoilée suite à un abus d'excès. 
Au ciel descendent des myriades de lampes oranges suspendues comme à un dôme. Dans ma tête les idées, et des mondes se télescopent à la vitesse du son. 
Je ne peux plus marcher, car je suis beaucoup trop grand trop haut, et j'ai perdu tout équilibre. Je ne peux peux plus parler, car ça ne sert à rien puisque je n'ai rien à dire. Mes gestes sont gauches et n'ont plus de sens. Je me laisse guider et je me demande bien si je suis top raide ou bien victime d'un AVC. 
Entièrement dépendant de mes porteurs sobres et attentionnés, je pense que cela peut être le début du reste de ma vie. Je comprends mieux alors ces amis que j'ai croisés, pendus au bras de leur conjoint et incapables de parler ...jusqu'à la fin.
A l'issue de cette méditation  je récupère. Finalement  je grimpe aux escaliers puis dans le lit tu me demandes 'pourquoi tu fais ça ?'  (trad:  pourquoi tu te perches ?)

De la même façon que l'on ne pourra jamais faire aimer aimer la pêche ou le vélo, et pas plus qu'une douzaine de preuves de l'existence de Dieu ont converti agnostiques et athées, je ne peux trouver de réponse convaincante (pour toi) et efficace ( pour moi) à ton  'pourquoi tu fais ça ?' Quelques éléments de réponse pourtant, juste pour se clarifier les idées, et se souvenir pour une prochaine fois.

Thèse : Les paysages intérieurs ne sont jamais ni mainstream, ni préfabriqués. Toujours surprenants, plus réels et plus engagés que ceux des parcs d'attraction ou des films. Ce que je vois, ce que je ressens est personnel, inattendu sans rien de préfabriqué ni de téléphoné. Le produit offre un moyen facile de s'arracher à la déchéance de l'impersonnalité. La consommation comporte un sentiment de liberté aliénée mais inaliénable et la joie de la transgression.

Les promenades psychédéliques sont une forme de phénoménologie de l'esprit, un moyen de vivre des expériences et d'explorer des contenus de conscience. Une porte entrouverte entre le rêve et la conscience. La clé d'une grande antichambre dans laquelle les tendances psychiques se pressent, tels des êtres vivants. Ce peut être un moyen de connaissance de soi, d'ouverture au monde et même de révélation. 
Autrement dit, une manière de penser hors de la boîte.
Plus souvent, ces 'rêveries' sont un moyen de mieux 'voir' la musique, de rentrer dans la danse, de retrouver mon corps jeune et d'être heureux simplement en dansant avec les autres, la tête dans les étoiles. Et alors..., pourquoi serait-ce mieux de rabâcher devant la télé que de faire de nouvelles expériences ?

Antithèse :  La drogue est un plaisir solitaire et égoïste. C'est un moyen d'échapper ou d'éviter de subir les frustrations inhérentes aux relations humaines. La consommation de psychotropes pallie certaines difficulté à interagir et à agir avec les autres. Peut être que je fais ça parce que je suis persuadé que je ne sais rien faire avec les autres. 

Synthèse : Un extrait de la lettre que Simone Weil (militante et mystique 1909-1943) écrivit à Joë Bousquet (opiomane et poète surréaliste 1897-1950) en mai 1942.
"Chez tous ceux que le mal a touchés, la racine du mal, c'est la rêverie. Elle est l'unique consolation, l'unique richesse des malheureux, l'unique secours pour porter l'affreuse pesanteur du temps; un secours bien innocent, d'ailleurs indispensable. Comment serait il possible de s'en passer ? Elle n'a qu'un inconvénient, c'est qu'elle n'est pas réelle." .../... "Mais il faut reconnaître la rêverie pour ce qu'elle est; en même temps qu'on est soutenu, ne pas oublier un instant que sous toutes ses formes, les plus respectables en apparence par la puérilité, les plus respectables en apparence par le sérieux et par les rapports avec l'art, ou l'amour, ou l'amitié (et pour beaucoup la religion), sous toutes ses formes sans exception elle est le mensonge. Elle exclut l'amour. L'amour est réel."

En conclusion, la parole de Joë Bousquet à propos de Simone Weil : "Simone reposait dans des pensées qui m'ôtaient le repos"...

Ite missa est !
Oz



mercredi 9 août 2017

vendredi 4 août 2017

les mots, la mort, les sorts

"les mots, la mort, les sorts", c'est le titre d'un essai d'ethnologie paru en 1977. Dans son ouvrage, Jeanne Favret Saada étudie la sorcellerie en France au travers de cas et de témoignages d'agriculteurs du bocage normand. 
L'originalité de son point de vue est de prendre la 'force magique' au sérieux sans la considérer comme une erreur de jugement ou comme une simple croyance de l'autre.  Il en résulte une rare qualité d'écoute aux témoignages, aux confessions et un engagement personnel dans la résolution de crises réelles. 
Dégagée des a priori rationalistes selon lesquels la sorcellerie est une pratique réservée aux arriérés, elle réalise au cours de sa recherche qu'on ne peut parler de sorcellerie avec un interlocuteur s'il n'est pas impliqué lui même dans la croyance. Elle montre aussi, que lorsqu'il s'agit de sorcellerie, il n'est pas de position d'énonciation que l'on puisse impunément occuper. Autrement dit, dans une situation de sorcellerie, il n'y a que trois positions possibles : celle du sorcier, de l'ensorcelé ou du désorceleur (qui est un isolant entre le 'sorcier' et sa victime).
La croyance, c'est ce 'je sais bien, mais quand même' dans lequel la rationalité trouve sa limite, puisque "les sorts, on en parle à personne. Il faut être pris pour y croire" et puis, "les sorts, moins on en parle, moins on est pris".

Pour Favret Saada, La sorcellerie est comme une dramaturgie du malheur. Ce qui signe la sorcellerie c'est moins la réalisation d'une prédiction (ou malédiction) que la prise en charge par l'ensorcelé qui, à son corps défendant, devient agent de son destin.  Ce qui opère dans la sorcellerie, c'est la relation réciproque des agents, et elle seule, l'action du désorceleur agissant comme une thérapie du collectif familial des exploitants d'une ferme.

Le sorcier est celui qui désire, qui convoite, qui par une force 'magique' attire à lui l'énergie vitale. Sa force est magique parce qu'elle n'est plus contrôlable par les devoirs, les prescriptions et les interdictions inclus dans le système des noms qui ordonne la vie sociale d'un lieu. Comme les agriculteurs normands qui témoignent dans le livre sont enchaînés à leurs terres, à leurs biens, à leur lignée, à leur sort, il est impossible pour eux de déménager ou de changer de voisin. On aboutit donc très vite à des situations où il n'est pas de place pour deux. La sorcellerie devient ici une relation duelle qui engage deux familles, souvent rivales, voisines ou divisées par leurs histoires, et où le sorcier, c'est toujours 'l'autre'
En sorcellerie "qui n'est pas agresseur devient victime, qui ne tue pas meurt" dans de telles circonstances où il n'y a pas de place pour deux, la rationalité est reléguée au second plan. L'ensorcelé 'qui est pris fort' doit faire appel à un désorceleur. Ce dernier, tout en laissant à son patient la responsabilité de l'interprétation, aide à identifier le sorcier et prend sur lui le sort ou bien 'rend le mal pour le mal' en affrontant dans un combat magique 'la force' du sorcier. Gros sel chauffé à la poêle ou cœur de boeuf transpercé d'épingles feront l'affaire, mais seulement si  'la force' du désorceleur dépasse celle du sorcier.

Dans le bocage comme dans Lovecraft, la sorcellerie met en évidence l'existence d'un monde invisible concomitant au monde visible.  "un personnage pourvu de solides connaissances scientifiques et qui occupe généralement la position du narrateur fait la rencontre brutale d'un autre monde que son système de références échoue à décrire ou à nommer. Cette confrontation avec l’innommable, l'inconcevable, la démesure, etc, il la vit en souhaitant perpétuellement que cet autre monde - qu'il sait bien désormais- ne soit quand même qu'illusion ou folie. Mais ce souhait n'est pas réalisable et le héros doit se faire à l'idée qu'il ne peut plus désormais nier la réalité de cet autre monde archaïque qui, toujours, menace d'envahir notre civilisation." (p211, edition Folio)

En résumé, "les mots, la mort, les sorts" est un essai aussi intelligent que 'prenant'

Ozias

A lire aussi : http://agoras.typepad.fr/regard_eloigne/jfavret-saada/

dimanche 23 juillet 2017

Un autre monde est possible

1994, Pub Benetton avec boat-people albanais
"Un autre monde est possible" est un slogan lancé en 1999 lors des manifestations de Seattle.
"La sorcellerie capitaliste" (2005)  est un ouvrage où Philippe Pignarre (éditeur) et Isabelle Stengers (philosophe) qui réfléchissent aux  possibilités de nouvelles formes d'action politiques permettant de s'armer contre la paranoïa et la dépression face au néo-libéralisme dominant. 
C'est un livre dense et passionnant qui met en oeuvre une pensée complexe mixant  politique, philosophie et épistémologie.
L'ouvrage analyse en premier lieu comment tient le capitalisme et aussi comment il nous tient.
Pour les auteurs le capitalisme est un "flux réorganisateur mouvant", qui  nous est asséné comme une rationalité purement économique qui rendrait inutile la politique. Ils qualifient le capitalisme de "système sorcier" dans le sens où toute résistance semble impossible puisqu'elle nous confronte à des "alternatives infernales".  Exemple : " Vous voulez augmenter les salaires ? renforcer la législation protégeant les salariés contre les licenciements ? Mais vous allez provoquer la fermeture des usines, accélérer les délocalisations et mettre les gens au chômage". Cela peut se résumer par : « Vous agissez pour une chose mais les conséquences seront pires. » Ces alternatives infernales capturent notre envie de penser, de poser des questions, de compliquer la donne, elles nous envoûtent.

Ce flux ne tient pas tout seul. Cette grande vague irrésistible est laborieusement fabriquée, maintenue, opérée par une multitude de "petites mains", (nous mêmes),  qui ne disent mot, qui ne pensent pas, qui refusent de penser et entretiennent le système pour que le flux réorganisateur mouvant continue de couler. Le premier pas consiste à résister à se sentir coupable de ce que l'on subit. Avoir à travailler pour vivre n'est pas contraire à penser, proposer, déformer, insister, nuancer, compliquer, donner notre avis, prendre la parole. Un moyen parmi d'autres de jeter du sable dans l'engrenage qui nous broie.
"La sorcellerie capitaliste" nous rappelle que la science n'est pas une victoire de la raison sur l'opinion, le progrès n'autorise pas la simplification. Le pragmatisme est un art des conséquences, un art du "faire attention" qui s'oppose à la philosophie de l'omelette justifiant les œufs cassés. 
Comme le disait Deleuze vers les années 80: " La gauche a besoin que les gens pensent et son rôle est de découvrir les problèmes que la droite veut à tout prix cacher". 
Il s'agit aujourd'hui de "penser par le milieu" , c'est à dire moins en termes de problèmes à résoudre que de de problèmes qui rassemblent. Ainsi, il s'agit plus d’intéresser des partenaires que de convaincre. Reconquérir une autonomie créatrice pragmatique plutôt qu’échafauder des théories alternatives qui prêtent le flanc aux critiques et divisent.
Par exemple, contester une appropriation injuste plutôt que le droit de propriété en général. Ou, autre exemple de prise de position pragmatique et subversive : "Si l'état est mobilisé pour imposer les monopoles commerciaux liés aux brevets de l'industrie pharmaceutique, pourquoi n'aurait il pas le droit d'intervenir, en contrepartie, sur les prix publics des médicaments ?"

Enfin, étant donné que ce système sorcier et ses alternatives infernales opèrent dans un monde qui ne croit plus à la sorcellerie, les auteurs constatent que nous ne possédons plus les moyens de nous en protéger. Lutter contre un système sorcier impose de rendre visible et sensible ses procédés. Il faut aussi trouver des mots pour  transformer le déshonneur de la capture en force qui oblige à penser/sentir/agir (p183).  Apprendre à tracer le cercle, créer l'espace de protection nécessaire à la pratique de ce qui expose et met en risque pour transformer, assister à la venue d'une version nouvelle de ce qui nous est à tous arrivé. Constater notre vulnérabilité, soumettre nos certitudes à l'épreuve des autres et  devenir capables de penser ensemble. Ces techniques font référence à l’activisme altermondialiste néo-paganiste de Starhawk.  

Les auteurs ne prétendent pas donner de remèdes miracles mais d'être des « jeteurs de sonde » pour qui la question reste « peut-on ici passer et comment ? » ce qui implique de toujours faire attention aux circonstances, penser local et intéresser des partenaires.


A lire à propos de la sorcellerie capitaliste:
http://www.humanite.fr/isabelle-stengers-la-gauche-besoin-de-maniere-vitale-que-les-gens-pensent
http://attac.valenciennes.free.fr/sorcellerie.php
Francis Juchereau, « La Sorcellerie capitaliste – pratiques de désenvoutement » [archive], sur lecerclegramsci.com, 2 février 2016 .
Didier Muguet, « La Sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement » [archive], sur ecorev.org, 2006.

Roman d'une aliénation (1943) : http://sansdire.blogspot.fr/2016/02/lhomme-au-marteau.html?view=flipcard
Nouvelles sociologies et enjeux actuels de la critique sociale émancipatricehttp://www.revuedumauss.com.fr/media/PCORC.pdf

Compléments
Aurélien Berlan, Mathieu Rivat et Isabelle Stengers, « Le prix du progrès : Discussion avec Isabelle Stengers sur les sorcières néopaïennes et la science moderne » [archive], sur jefklak.org .
Catherine Lalonde, « Un grain de sable dans le rouage capitaliste » [archive], sur Le Devoir, 31 octobre 2016 .
Marc Lenglet, « Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient », Lectures,‎ 2009 (lire en ligne [archive]).
Lien externe
Thomas Berns, « Retenue capitaliste et spéculations anticapitalistes » [archive]

samedi 8 juillet 2017

Banksy

Le graffiti est une forme de guérilla. C'est une façon d'occuper le pouvoir et de tirer à soi la renommée d'un ennemi plus gros et mieux équipé. Banksy l'a un jour qualifié de 'revanche': "Faire un tag parle déjà de représailles. Si vous ne possédez pas d'entreprise ferroviaire, allez peindre sur les murs de l'une d'entre elles à sa place [et vous verrez]" (2003).

Il n'y a pas d'art urbain sans illégalité. Sinon ce serait seulement de l'art "dans la rue", rien de plus. L'art urbain est excitant parce qu'il attaque la propriété et l'ennui, et parce qu'il reflète les luttes de pouvoir territorial "cachées" sous les yeux de tous dans l'espace de la ville. L'art urbain ne serait plus une aventure s'il devenait un simple loisir. Dans une société qui réduit toute activité humaine à un simple échange de marchandises, les dernières aventures possibles sont toujours antisociales. 

Avec l'art urbain, tout est affaire de propriété. L'art urbain, comme le graffiti avant lui, est une critique du concept même de propriété, peu importe la nature du contenu des images. S'il n'était pas illégal, l'art urbain n'existerait pas. Son illégalité le définit. Sans dégradation de biens, il n'y a a pas de Street-art, mais de "l'art" tout court. 

La ville est habitée par des individus qui n'ont aucun droit de propriété sur elle, et ce parce que l'environnement urbain est aux mains de propriétaires invisibles à l'autre bout d'une ,longue chaîne d'intermédiaires. Cette notion de possession n'est qu'une illusion. Une illusion qu'un graffiti peint sur un mur désavoue. Parce que l'illusion est momentanément rompue.


"Pardonnez nous nos offenses"
Accepte de travailler pour des idiots

Calais
Banksy au musée

Non seulement l'art urbain de Banksy rappelle que le pouvoir existe et qu'il oeuvre contre nous, mais aussi qu'il n'est pas vraiment efficient. Qu'il est - et devrait être- une illusion.
Nous sommes tous sensibles à la cacophonie, au chœur cauchemardesque d'idées que la publicité et les mass média martèlent. Ils nous hypnotisent et nous désorientent, c'est inévitable. Le grand art urbain révèle ce processus et s'en moque. Il montre, à l'aide de ses propres modèles, symboles et façons de communiquer, à quel point une large part de ce pouvoir n'est que du théâtre. Parce qu'en riant de ce spectacle, nous sapons son emprise et faisons place à un peu de pensée originale. Juste un peu. rien de plus qu'un niveau de menace acceptable. Nous le saurions si ça n'était pas le cas.


Si le graffiti changeait quoi que ce soit, ce serait illégal

Sources : Banksy, Editions ALTERNATIVES 2016

Voir aussi dans ce blog : http://emagicworkshop.blogspot.fr/2014/10/street-art-attentats-urbains.html

Aux dernières nouvelles ! (18 septembre 2017) :  http://newsexaminer.net/art/graffiti-artist-banksy-arrested-in-palestine-identity-revealed/

dimanche 2 juillet 2017

âgisme

Vieille/jeune femme (image double)
Le terme âgisme* désigne une attitude ou un comportement de discrimination, de ségrégation, de mépris ou de dépréciation envers un individu ou un groupe d'individus en raison de leur âge.
Voici quelques définitions selon quelques spécialistes :
Butler (1978): «… profond désordre psychosocial caractérisé par des préjugés institutionnalisés,
des stéréotypes, et l'établissement d'une distance et/ou d'un évitement vis-à-vis des seniors. »
Traxler (1980): «… ensemble d'attitudes, d'actions personnelles ou institutionnelles par lesquelles est subordonnée une personne ou un groupe de personnes en raison de leur âge. Concept comprenant aussi l'assignation de rôles sociaux à des individus sur la seule base de leur âge. »
Palmore (1999): «… phénomène social se manifestant au travers de préjugés contre les seniors sous la forme d'attitudes et de stéréotypes positifs et négatifs. Il intervient là où se trouvent à la fois préjugés et discrimination, à la fois stéréotypes et attitudes, et par conséquent à la fois processus cognitifs et affectifs contre ou en faveur d'un groupe d'âge »
Boudjemadi & Gana (2009): «… mécanisme psychosocial engendré par la perception consciente ou non des qualités intrinsèques d'un individu (ou d'un groupe) en lien avec son âge. Le processus qui le sous-tend s'opère de manière implicite et/ou explicite, et s'exprime de manière individuelle ou collective par l'entremise de comportements discriminatoires, de stéréotypes et de préjugés pouvant être positifs mais plus généralement négatifs. »


L’âgisme, n’est pas seulement un concept ou un outil d’analyse, c’est un mot qui recouvre des discriminations et des oppressions. L’âgisme sert à justifier la subordination de certaines personnes à d’autres sur le seul critère d’âge. L'axiome, le principe de l'âgisme c'est que l'âge adulte est l'âge le plus développé, puisqu'on l'appelle l'âge de raison. Si le système accorde un maximum de poids à la voix de l'adulte c'est car ce dernier est économiquement comptable et que l' âge adulte est doublement formaté par l'école puis par par le travail. L'avis de l'adulte actif et 'responsable'  doit donc primer sur tous les autres. Les enfants sont écoutés avec un sourire, les ados sont excusés, les vieux sont remis à leur place et l'Adulte décide. 

Cette prééminence du pouvoir adulte actif est souvent présentée comme une protection, une autorité éclairée qui profite au 'plus grand nombre'. En réalité, ces dispositions arrangent avant tout un système dominant où les mineurs et les seniors viennent perturber le monde de la production comptable. L’âgisme déconsidère la parole des vieux et des mineurs en prétextant qu'un ado, "c'est comme ça", un vieillard "c'est comme ci" et ne veut pas reconnaître que l'expérience dépend autant du parcours de vie que de l'âge. 
L'âgisme nie surtout l'importance de ce que l'on ressent, et bien sûr ce principe est très pratique pour que tout le monde file droit. La négation ou le déni des expériences individuelles permet de chosifier les individus et de les soumettre à l'autorité.
Globalement cela revient à privilégier, à préférer, les rapports d'autorité aux rapports de confiance dans l'exercice du pouvoir. La pensée dominante, nos pairs, nous demandent avant tout d'assumer l'autorité dans le respect des règles. Pourquoi privilégier l'autorité à la confiance ? La réponse est que  l'autorité permet de structurer une société du haut jusqu'au bas sans avoir à faire appel à la confiance, ni à la bienveillance. Une société basée sur la confiance résulterait en une multitude de tribus aux pouvoirs autarciques et ne pourrait donc plus devenir puissante et asseoir son impérialisme. L'autorité est aveugle, et contractuelle. La confiance est ennemie de l'autorité.
Je trouve triste, dans nos vies, de nous croire tenus d'élever nos enfants sur un mode d'autorité plutôt que de confiance. La construction sociale âgiste nous incite à penser et croire qu' étant adulte on est investi de l'autorité, sommé d'agir en adulte et de souvent en abuser.  
Ainsi on nous répète que la crise de l'adolescence est une phase incontournable et on nous bassine avec la construction du jeune qui passe par l'opposition à l'autorité. (“Sans cette phase d'opposition et d'affirmation de soi, les adolescents ne peuvent pas se construire," selon Marion Haza. ” ). 
Dans cette perspective, l'adulte doit investir ce rôle et cette autorité, ce tout arbitraire 'tombé du ciel', sans se poser de question, et sans répondre aux questions,  Cela le conduit à poser des règles inutiles ou stupides (sur la façon de s'habiller par exemple) qui multiplient les conflits autour d'enjeux secondaires et dégradent la confiance entre l'ado et ses parents. Pour faire court, on attend de l'adulte qu'il 'élève' ses enfants au sens où élever signifie élevage et dressage plutôt que grandissement et élévation. 

Ozias

D'après  
l'Abordage, un journal qui traite du sujet avec intelligence: 
https://issuu.com/labordagerevue/docs/labordage_1_60p_fil

Un article de l'observatoire de l'âgisme:
http://www.agisme.fr/spip.php?article87
Sur France Culture
https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/y-t-il-une-lutte-des-ages

articles à lire sur ce blog au sujet de l'âge
http://emagicworkshop.blogspot.fr/2014/04/etre-vieux-ou-pas.html
http://emagicworkshop.blogspot.fr/2016/09/senior.html


 (ne pas confondre âgisme et tabagisme).